[clip]Kimi ni negai wo - MIYAVI

Publié le par Lyly

 

Capture-d-ecran-2012-06-18-a-11.49.49.png

 

 

Lorsque je cherchais une chanson, un clip dont je pourrais vous parler, c'est celle-là qui est venue en premier. C'est une de mes chansons favorites de Miyavi, une de celles que j'aime le plus écouter parce qu'elle véhicule de nombreuses émotions. J'étais déjà fan bien avant de voir le clip - que je n'ai vu pour la première fois que cette année d'ailleurs -. Je ne suis pas une grande adepte de clip et souvent, je fais l'impasse dessus, moins maintenant que j'ai découvert la profondeur du ridicule qu'on peut trouver dans la J/K-pop. Concernant ce clip, même s'il ne colle pas aux paroles, il va merveilleusement bien avec l'atmosphère de la chanson. A ce propos, j'ai été surprise par le thème abordée du morceau et la façon dont Miyavi l'a appréhendé.

 

Capture-d-ecran-2012-06-18-a-11.45.46.png  Capture-d-ecran-2012-06-18-a-11.51.39.png

 

Comme je disais, c'est une chanson triste, mais en même temps pleine d'espoir. Un peu comme dans Kekkonshiki no uta où Miyavi chante pour souhaiter une belle vie à la fille qu'il aime lors de son mariage. Ici, c'est plus difficile car la demoiselle en question est morte. Et franchement, quand on ne comprend pas le japonais, on ne s'attend pas du tout à ce genre de parole. Je pensais que ça parlais de rupture, pas de mort et de deuil. 

On ressent bien sa tristesse quand par exemple il dit :"Qu'est-ce que je pouvais faire? Qu'est-ce que je ne pouvais pas avoir fait? Dorénavant, je me poserais toujours ces questions." ou encore "Je t'aimerais toujours. Plus que cela, c'était plus que cela."

Il faut dire que le tout est servi par une excellente mélodie qui alterne moments doux dans les couplets et des refrains chantés avec plus de force. Et puis le temps, Miyavi fait son deuil et apporte une touche d'espoir à la chanson. Il exprime le fait que même si elle n'est plus là, elle sera toujours avec lui. "Tu m'as dit : "Tout ira bien, tu peux rester seul". Mais je ne suis pas seul. Je vis dans une partie de toi et toi tu vivras toujours en moi". Elle est devenue son étoile. Cette partie du texte me fait beaucoup penser à la fin de "La cité des Anges" avec Nicolas Cage. Ce moment où son ami lui demande s'il regrette d'avoir abandonné son statut d'ange alors qu'il a perdu celle qu'il aime aussi vite. Et Seth de répondre que même pour 5 minutes, ça valait la peine.

J'aime quand Miyavi écrit de beaux textes comme celui-là. C'est vrai qu'il peut pondre des trucs hallucinant, du genre de WHAT'S MY NAME qui est le summum du narcissisme miyavien, mais quand on est face à ses chansons pleines d'émotions on en peut que dire respect! Je vous mets les paroles que j'ai récupéré sur nautiljon parce que j'avais la flemme de traduire moi-même.

 

 

 

Comme le rêve de ce jour qui se fane,
La poussière crée une image d'un futur distant
Je voyais que tu étais toujours là
Mon souhait ne s'est pas réalisé et s'obscurcissait chaque jour,
Je prenais un détour dans la rue en bas et j'ai entendu une voix familière
Maintenant je suis ici. 

Qu'est-ce que je pouvais faire ? 
Qu'est-ce que je ne pouvais pas avoir fait ? 
Dorénavant je me poserais toujours ces questions. 
Combien de fois la porte de mon coeur a-t-elle été ouverte ? 
Seulement les souvenirs affectueux apparaissent ici. 


Je t'aimerais toujours. 
Plus que cela, oui c'était plus que cela
J'ai pris position. 
Et maintenant, je ne changerais jamais, je t'aime. 


En ce jour les belles étoiles dans le ciel de la nuit
Nous deux restant ensemble en train de souhaiter
J'ai perdu ce souhait à ce moment, toutefois
Cette fois je continuerais toujours d'y penser et de m'en rappeler. 
Et maintenant, si je pense à ce souhait, je suis content


Mais Dieu n'existe pas
Quand tu es devenu une étoile, à ce moment j'ai prêté serment
Je n'ai pas besoin de Dieu
Tu es là, seulement toi, tu existes


Tu n'es pas ici dans cette ville
Et aujourd'hui comme d'habitude, j'entend le cliquetis occupé
Paisiblement semblant se terminer. 
Les mois et les années passent rapidement
Doucement, dans les saisons changeantes
Je regarde dans le ciel de la nuit et une fois encore je pense à ce jour. 


Et, je prie doucement. 
Tu m'as dis, "Tout ira bien, tu peux rester seul"
Mais je ne suis pas seul. 
Oui, je vis dans une partie de toi. 
Et toi tu vivras toujours en moi. 
Ainsi, comme le moment où nous étions côte à côte, observant... 

Et ainsi j'ai souhaité secrètement 
Pour toi qui était devenu une étoile
J'ai dit que j'allais bien et que je réussirais à me relever tout seul
Mais s'est parce que j'ai senti que je n'étais pas seul
Je vivrais pour toi (dans une partie de toi) 
Et toi tu vivras toujours en moi 
Et ainsi comme ce jour-là
Reste à me regarder de près pour toujours.


 

Capture-d-ecran-2012-06-18-a-11.48.46.png  Capture-d-ecran-2012-06-18-a-11.47.03.png

 

Pour ce qui est du clip, il ne colle pas à première vu avec le texte. Cependant, je trouve que c'est mieux pensé que si Miyavi avait été dans un cimetière, puis à sa fenêtre à se remémorer les bons moments passé avec celle qu'il a perdu. D'abord parce que j'imagine pas du tout Miyavi dans ce genre de scénario et parce que même si la chanson parle d'un sujet triste et difficile, elle n'est pas déprimante. Le clip se présente sous la forme d'un conte dans lequel Miyavi vient d'ailleurs et joue accompagné de ses musiciens animaux. On dirait un mix entre Alice au pays des merveilles et Le petit Prince. Les images animés sont très belles et renforcent l'impression de ce trouver dans in conte. Le seul truc qui m'a dérangé finalement, c'est la couleur horrible des lentilles de Miyavi. Je peux comprendre parce que ça colle avec le personnage, mais c'est pas beau. Parfois, il ressemblais à GACKT et c'est pas un compliment. En dehors de ça, j'ai tout aimé dans le clip, les couleurs, les musiciens animaux, le pyjama et la coupe de Miyavi.

 

Capture d’écran 2012-06-18 à 11.50.45

Publié dans A-music

Commenter cet article